viernes, 15 de enero de 2021

ALAIN FERON - Musique Et Politique - enregistrements complets 3 - (AL092)

 

ref: AL092

Autor: ALAIN FERON

título: Musique Et Politique (enregistrements complets 3)

Plantilla:

Alain Feron - composition

Laverne Williams - mezzo

Nouvel Orchestre Philharmonique / Arturo Tamayo

Trio à cordes de Paris

Ensemble Denojours / Fabrice Bollon


fecha de publicación: 16 - en - 2021

Esta edición es una colaboración entre Sounding Arts Collective y Alina Records


FREE DOWNLOAD & streaming o download MP3 o download WAVE


Esta tercera edición de las obras grabadas del maestro Alain Feron contiene tres grandes piezas que inspiran y homenajean momentos y personajes de importancia política universal. Ilustran el pensamiento y la labor social de personas que han quedado en el olvido. Desde la Revolución Francesa hasta la Guerra del Golfo, tenemos mucho rememorar... más que nunca en la época convulsa y sin sentido que vivimos.

La obra “Corps Obscur De La Métamorphose” consiste en una composición para trío de cuerdas dedicada, en seis movimientos, a ciertos hitos dentro del proceso de La Revolución, cuya cadencia ilustra una interpretación de los hechos exquisitamente iluminada por textos de relevancia histórica. Esta estructura se justifica en los comentarios literarios de autores como Malcolm Lowry, Paul Chamberland, Jackes Brault, Gilbert Langevin y Rainer Maria Rilke. La partitura de Feron expresa magistralmente, con rigor libertario, el ambiente presuroso, ilusionado y dispar que debió existir en el transcurso de aquellos momentos, sin obviar los sentimientos humanos embebidos en caos y convulsión. Tal temática obligaría, a cualquier artista, a dar por hecho un recurso grandilocuente como podría serlo una orquesta, mas Alain Feron decide trabajar el programa en formato de trío de cuerdas que, con sus aparentes límites tímbricos, es capaz de representar una amplia gama de motivos expresivos.

“Lejos del cuarteto, que puede considerarse el emblema más bello de la escritura compositiva desnuda, el trío de cuerdas aparece como un hermano pequeño desfavorecido. Más tambaleante, quizás más difícil de manejar (porque se coloca en una posición "intermedia" que resulta incómoda), no obstante sigue siendo el lugar ideal donde la flexibilidad y el rigor de la composición se puede expresar con la mayor privacidad.”

Fragments Pour Un Mausolee” consta de tres movimientos para orquesta, cada uno de ellos dedicado a un escritor o escritora que extendió ideas revolucionarias: Victor Serge (escritor y revolucionario en Rusia), Flora Tristán (pensadora de temprana lucha feminista), Frantz Fanon (intelectual y revolucionario anticolonialista) son las figuras en cuyo pensamiento y actividad el maestro Feron inspira su obra.

Con clara expresividad, Alain Feron denomina “mausoleo” a la conjunción de los fragmentos que constituyen la obra, dejando claro que se trata de pensamientos y vidas que en pleno siglo XXI, cuando ahora son más necesarias, han quedado como piezas muertas de museo. Parece que los tiempos “nuevos” se encargan de rechazar las ideas revolucionarias como caducas,  mientras que abrazan con fervor las ideas medievalistas. Si el lenguaje musical de la “nueva” escuela de Viena no ha sido hoy todavía comprendido y asumido por la mayoría de la población, lo mismo parece ocurrir con las ideas sociales revolucionarias y feministas… no han acabado de fructiferar y han sufrido una muerte prematura arrasadas por un liberalismo del ego… Al menos, merecen un mausoleo; el de las ideas que podrían haberse establecido materialmente, pero que en los tiempos actuales son consideradas como meras utopías: el maestro Alain Feron nos ofrece una impactante y apabullante obra sonora para ello.

“Si hay un mensaje en estos tres movimientos para orquesta, se resume en esta cita de Renan: "El hombre no pertenece a su raza ni a su lengua, sólo se pertenece a sí mismo porque es un ser libre, es decir, un ser moral ”. Por tanto, cada movimiento está dedicado a un escritor revolucionario que luchó por ideas que, lamentablemente, nuestro siglo XXI ha visto desaparecer: la idea de un mundo común a todas las personas, la idea de que la libertad es un derecho universal; y que solo una Persona iluminada puede ser libre.”

Con “Mir Wird Rot Vor Den Augen” Alain Feron expresa el impacto que produjeron en su persona los hechos de la primera Guerra del Golfo. El autor se vio impulsado a dedicar sus recursos artísticos en la consecución de una obra que gritara acerca de la barbarie televisada y compartida en los Medios como una guerra "justa y necesaria". Esta obra de Feron es tan terrible como la desnuda temática que expone: una población expuesta al bombardeo más atroz, masacrada por razones económicas y bajo la justificación de una supuesta guerra santa… contra otra supuesta guerra santa… El Wozzeck de Alban Berg ilustra la inspiración de Feron, apropiándose de algunas notas que acuchillan la partitura en un frustrado grito de rabia.

“Soy muy consciente de que no son unas pocas notas escritas en papel musical las que cambiarán la faz del mundo. Sin embargo, a pesar del aspecto irrisorio de este grito personal arrojado a la inmensidad de un universo sordo, no puedo evitar, por ingenuo que sea, creer que el arte puede cambiar a las personas... al menos, hacerlas pensar, indirectamente.”

Alain Feron is a member of Sounding Arts Collective

PALABRAS DE ALAIN FERON ACERCA DE LAS OBRAS

        CORPS OBSCUR DE LA MÉTAMORPHOSE

Le trio à cordes est une des formations les plus séduisantes et les plus complexes de la musique de chambre. Séduisante, par les possibilités expressives de ses trois voix solistes réunies ensemble. Complexe, car elle impose de redoutables difficultés techniques au compositeur.

De fait, cette écriture à 3 voix exige un équilibre parfait entre des lignes qui oscillent en permanence entre les dimensions harmoniques , contrapuntiques et mélodiques dont elle a besoin pour s’épanouir. Aussi ressent-on souvent le manque d’une quatrième voix ! ...Dont il faut bien se passer sans que ce ‘’manque’’ ne se ressente  à l’audition !

Loin du quatuor, qui peut être considéré comme le plus bel emblème de l’écriture compositionnelle mise à nue, le trio à cordes apparaît comme un petit frère défavorisé. Plus bancal, plus difficile peut-être à traiter (parce qu’il se place dans une position « d’entre-deux » qui s’avère inconfortable), il n’en reste pas moins le lieu idéal où la souplesse et la rigueur de la composition peuvent s’exprimer dans l’intimité la plus grande. Mozart, Beethoven, Schubert lui ont confié parmi leurs plus belles confidences.

Aujourd’hui réhabilité, cette formation possède un répertoire contemporain conséquent. Il n’en reste pas moins qu’en écrire un reste une aventure risquée puisque l’écriture s’y retrouve toujours sur un fil instable... Demandez à un menuisier ! Il vous dira qu’une chaise à trois pieds est plus délicate à réaliser qu’avec quatre...

Dans le Corps Obscur de la Métamorphose est structuré dramatiquement en six mouvements qui sont comme autant de scènes d’un opéra sans paroles. Chaque scène décrivant (musicalement et dramaturgiquement parlant) une date de la Révolution Française que j’ai choisi, soit pour sa résonance politique, soit pour son importance philosophique et sociale, soit encore pour sa simple dimension humaine. Ce, sans qu’il ne s’agisse à aucun moment de musique à programme, de musique anecdotique ou descriptive.

1. Le 14 Juillet 1789, le peuple français prenait la Bastille.

« Derrière l’écran du temps » (Malcolm Lowry)

2. Le 10 Août 1792, la « seconde » révolution renversait le trône, intégrait le peuple dans la Nation et marquait l’avènement de la démocratie politique.

« Sur les foudroyantes murailles du matin » (Paul Chamberland)

3. Le 16 Germinal an II (5 Avril 1794), Danton était exécuté.

« Un cri va creuser ce temps hagard » (Jacques Brault)

4. Le 9 Thermidor an II (27 Juillet 1794), Saint-Just eut vingt-quatre heures pour sauver la révolution populaire, mais la Convention eut raison de la Commune sans avoir même à combattre.

« Sans autre esquif que le silence » (Gilbert Langevin)

5. Le 10 Thermidor an II (28 Juillet 1794), Robespierre était guillotiné.

« Un souffle autour de rien » (Rainer Maria Rilke)

6. Vînt le mois de Prairial an III (Mai 1795), date à laquelle la Convention écrasa l’ultime révolte d’un peuple affamé. La bourgeoisie, avec l’armée, avait définitivement pris le pouvoir.

La révolution était morte !

« Dans le blasphème de l’aube » (Jacques Brault)

        FRAGMENTS POUR UN MAUSOLEE

1. Liebergang (Passage – Transition) ...à Victor Serge

2. So Langsam Rollt Sicht ab der Zieten Spindel (Tant l’écheveau du Temps se dévide) ...à Flora Tristan (extraits de poèmes d’ André Roy, de Maïakovski et de l’Internationale)

3. Aufhebung (Suppression – Dépassement – Conservation) ...à Frantz Fanon

 

Héraclite disait de l’oracle de Delphes : « il ne dit ni ne cache, il fait allusion ». La Musique n’agit-elle pas de la sorte ?

De fait, elle ne signifie rien. Et cette qualité même lui confère la possibilité d’infinies interprétations car le seul lieu de rencontre des significations est et reste le créateur.

En Musique, il n’y a donc rien à penser ni à dire, et ce, dans la mesure où penser et dire sont l’essence même de notre volonté de communiquer un sens. Pour ces raisons, la Musique donne à penser et à dire infiniment. Mais le sens se forme au présent : dans l’acte de création (il ne se dégage donc qu’après coup).

« Seul l’idéologue délibère avant de faire » écrit le philosophe Jankélévitch ! On ne peut d’ailleurs pas plus penser la Musique elle-même qu’on ne pense la Mort...

La réalité musicale est toujours ailleurs : ni avant (dans la psychologie ou la biographie du compositeur), ni après (dans l’analyse ou la description de l’œuvre) !

C’est pourquoi les techniques d’écriture, les nouveautés de vocabulaire n’expriment en rien la musique qui les porte. La Musique n’est pas réductible à une teknê, pas plus qu’on ne peut trouver la pensée dans le cortex cérébral i

La Musique est, simplement, un devenir « devenant ». De plus, si elle était langage (vernaculaire), le sens préexisterait à son expression dont le langage n’est que le support...

« Le créateur pose ainsi l’essence conjointement avec l’existence, la possibilité en même temps que la réalité »  (Jankélévitch). C’est pourquoi  encore le poète russe Alexandre Block a pu écrire : « La Musique crée le Monde ».

Or, si elle le crée c’est par métaphores et symboles interposés, et c’est seulement ainsi que nous pouvons l’entendre...

Si message il y a dans ces trois mouvements pour orchestre, il se résume dans cette citation de Renan : « L’Homme n’appartient ni à sa race, ni à sa langue, il n’appartient qu’à lui-même car c’est un être libre, c’est-à-dire, un être moral ».

Chaque mouvement est ainsi dédié à un écrivain révolutionnaire qui s’est battu pour des idées que notre XXIème siècle voit hélas s’éteindre : l’idée d’un Monde commun à tous les Hommes, l’idée que la Liberté est un Droit Universel et que seul peut être libre un Homme éclairé.

        MIR WIRD ROT VOR DEN AUGEN

Parcourue d’ostinati, de notes répétées, cette pièce, obsessive, se sert de manière détournée d ‘éléments intervalliques empruntés à l’Acte II / Scène 4 du Wozzeck d’Alban Berg. Plus précisément, il s’agit des trois notes chantées par Wozzeck en cette scène et ce, sur les paroles mêmes dont je me suis servi afin de donner un titre à ma partition : Mir wird Rot vor den Augen...

Écrite sous le choc de la première Guerre du Golfe, le choix du titre est bien entendu explicite quant à mes intentions extra-musicales puisqu’il signifie : « Je vois rouge devant mes yeux » !

Le double sens de cette phrase (colère et sang) rend compte de mon ressenti profond devant l’ignominie de cette guerre... déclarée pour une « juste cause » nous avait-on expliqué alors ! Or, je tiens pour insoutenable toute justification donnée à un acte entraînant la mort d’un être humain (de quelque ordre que cet acte et cette justification soit, car il n’y a aucune excuse à tuer et, en morale, la mort n’est assurément pas quantifiable). Quant à déclarer une guerre pour des intérêts financiers, j’avoue que, bien qu’ayant perdu mon innocence, tout mon être s’est révolté devant cette horreur acceptée par tant d’autres individus sur cette planète comme un simple fait divers télévisé !

C’est pourquoi j’ai voulu mettre en parallèle, ici, la mort d’un individu (Marie : devenue symbole culturel grâce à Büchner et Berg) et celle de plusieurs centaines d’anonymes qui n’avaient pour seul tort que d’être des civils irakiens pris dans les bombardements américains d’une guerre qui ne les concernait pas.

Colère donc, contre la cupidité imbécile et irresponsable qui mène inéluctablement notre humanité à la barbarie. Que celle-ci envahisse notre quotidien, ou bien s’inscrive sur les pages de nos futurs cahiers d’Histoire, la barbarie est et reste la même et les morts qu’elle charrie sont, restent et resteront à jamais intolérables !

J’ai bien conscience que ce ne sont pas quelques notes écrites sur du papier musique qui changeront la face du monde. Cependant, malgré le côté dérisoire de ce cri personnel jeté dans l’immensité d’un univers sourd, je ne peux m’empêcher, en naïf que je reste, de croire que l’art peut changer les Hommes... A tout le moins, les faire réfléchir, indirectement.

Cela dit, la Musique n’ayant rien d’autre à dire qu’elle-même, il ne s’agit ici, en aucune façon, de musique descriptive ou même anecdotique. Car ce qui fait sens en Musique, c’est ce qui s’entend. Mais, ce qui s’entend n’est rien d’autre... que le discours musical, les techniques qu’il déploie, et le langage qu’il choisit comme support afin d’articuler ensemble : un vocabulaire, une syntaxe et une grammaire appartenant spécifiquement à la... Musique.

Quant aux intentions extra-musicales, elles restent au niveau d’une dramaturgie interne. Une dramaturgie qui détient des codes musicaux certes (changeant avec les époques) qui peuvent permettre, plus ou moins précisément, d’évoquer des sentiments, d’énoncer des sensations, d’exprimer des situations au travers d’une sensibilité capable de les percevoir. Mais ceci est un domaine où dès que l’auditeur se projette, le compositeur se retire laissant dès lors son œuvre vivre sa vie avec le mélomane qui s’en empare et la fait par là même sienne...

En exergue de la partition j’ai inscrit ces vers de Pierre Emmanuel « Au gré du sang / S’Effrite le Temps »...

Alain Feron

UN MUSICIEN ENGAGÉ

On ne trouvera pas beaucoup d’œuvres réellement « politique » en son catalogue. N’étant pas très expansif en ce genre de démarche musicale, il réserve ce type d’engagement au domaine du politicos (c’est-à-dire de la vie dans la Cité). Là, son sens critique et ses valeurs fondamentales ont toujours été mis au service d’un humanisme généreux. Ses articles et ses émissions radiophoniques en témoignent autant que ses choix professionnels et ses prises de position publiques.

Deux pages sont cependant à relever : Fragments pour un Mausolée op.6 pour mezzo et orchestre (1987) et Mir wird Rot vor den Augen op.15 pour ensemble instrumental (1991).

Cette dernière œuvre, superbe, à l’écriture somptueuse et acérée, à l’orchestration éblouissante (on a peine à croire qu’il n’y ait ici que 10 instrumentistes) est parcourue d’un lyrisme puissant, d’un dramatisme saisissant, d’un humour corrosif (la valse finale est à la fois terrifiante et sarcastique à souhait). Emplie d’ostinati oppressants, de notes répétées grinçantes, les contrastes sont

amenés avec subtilité et ménagent de purs instants de grâce au sein d’une atmosphère générale restant sombre. Ces 16’ passent avec la rapidité d’un éclair ! De quoi s’agit-il ? La partition a été écrite sous le choc de la 1ère Guerre du Golfe. Le choix du titre est explicite du sentiment ressenti par le compositeur puisque la traduction française signifie « Je vois rouge devant mes yeux... ». Mais le sens de ce titre est double puisqu’il fait aussi référence à cette même phrase que chante Wozzeck (lorsqu’il a la prémonition de son meurtre, très exactement Acte II, scène 4 de l’opéra de Berg). Cependant il n’est pas besoin de chercher ici un fil extra-musical qui nous guiderait dans l’écoute puisque cette œuvre ne possède aucun argument. Bien que cette partition se déclare « musique pure », cela ne nous empêche pas pour autant de nous faire notre propre scénario. Reste, en tous les cas, le double symbole porté par cette phrase-titre qui nous renvoie d’un meurtre tiré d’un fait divers (portée sur la scène théâtrale par Wedekind, puis sur la scène opératique par Berg) à l’actualité de l’Histoire (les victimes civiles des bombardements américains de ce printemps 1991).

En exergue de la partition nous trouvons ces vers de Pierre Emmanuel qui illustre parfaitement le poignant de cette page : « Au gré du sang / S’effrite le temps ».

(puede consultar la biografía de Alain Feron en las dos ediciones anteriores de su obra: Alain Feron 1 y Alain Feron 2)

Musique et Politique en la Radio:

https://www.ivoox.com/llums-tunguska-188-10-02-2021-audios-mp3_rf_65276400_1.html?fbclid=IwAR2gZTgeUoHtIOQJp3tQvSKAOEcUPgphdPv7CqzR_GSUL9g5wpzy_FfV7Ds

DESCARGA LIBRE DE MUSIQUE ET POLITIQUE

Otras obras del autor en Alina Records:

No hay comentarios:

Publicar un comentario